Actu

Qui sommes-nous ?

Nous sommes des ex-employés de la société BlueComm, nous fûmes les petites mains d’une enquête sur l’« esprit d’entreprise » en Wallonie. Nous avons fait grève pour protester contre nos conditions de travail et une rémunération misérable. Et nous avons gagné. Flexblues est notre identité collective.

Ça c’était le passé, maintenant l’avenir est ouvert et d’autres combats se préparent.

Fin du conflit syndical au sein de la société BlueComm

28 février 2006

Cette page est aussi disponible dans les langues suivantes : italiano

Bob le Précaire a reçu aujourd’hui, au nom du collectif Flexblues, les nouveaux contrats proposés par BlueComm suite aux négociations de vendredi et d’hier. Nous avons le plaisir d’annoncer que nos revendications sont à présent globalement satisfaites.

Le calcul de la rémunération des enquêteurs sur une base de 2 heures de travail par questionnaire rempli est acceptée par les deux parties comme un compromis honorable. Cet accord représente un doublement de la rémunération de base par questionnaire (passage de 12 EUR brut à 24 EUR brut). Le remboursement d’une somme forfaitaire de 4 EUR (hors frais postaux) par questionnaire est également acceptée.

Le seul point sur lequel nous n’avons pas obtenu gain de cause est la mise en place d’une représentation syndicale au sein de la société BlueComm.

Avant de les signer, nous devons encore faire vérifier la solidité juridique des contrats, ce qui devrait se faire rapidement. Les nouveaux contrats seront envoyés à tous les enquêteurs par l’employeur, y compris aux non-grévistes.

Nous tenons également à souligner que nous sommes heureux que cette situation ait pu être réglée à l’amiable plutôt que par une procédure judiciaire. Le conflit entre Bob le Précaire et la société BlueComm se termine donc ici. Nous déplorons par contre l’absence totale de réaction à notre égard du commanditaire de l’enquête pour laquelle nous travaillons, la fondation Free.

Nous espérons cependant que les pouvoirs politiques, syndicaux et médiatiques se sentiront interpellés par notre lutte qui a mis en lumière certaines pratiques du marché du travail qui sont tout à fait inacceptables et qui appellent donc des mesures conséquentes, en termes de création de droits (en particulier en matière de sécurité sociale) pour les travailleurs précaires mais aussi, plus fondamentalement, en repensant cerains aspects de la façon dont travail et revenu sont articulés aujourd’hui. Nous aurons très probablement l’occasion de revenir sur ces différentes questions dans un futur proche et, de manière générale, sur les enjeux de cette grève d’un nouveau type qui a opposé à leur employeur des travailleurs ne disposant de quasiment aucun moyen de pression.

propulsé par spip | hébergé par alterezo | interface d'administration
Dernière mise à jour du site : 16 mai 2008